2 rue Rodier, 97458 Saint-Pierre, La Réunion
0262 96 99 00
0262 96 99 01

ERSAMUS : semaine à Bayramiç

Merhaba everybody,

Déjà une semaine depuis notre départ. Nous nous préparons à quitter Bayramiç ce soir, direction Istanbul.

Ici, les matinées commencent sur un rythme tranquille, dans les rues de Bayramiç, celle-là même où nous séjournons.

En pleine campagne, la ville de 13.000 habitants environ ressemble à un village du sud de la France, au milieu de collines, entouré de champs, arboré de pins…. Il y a un centre : deux rues parallèles bordées de terrasses où les habitants viennent nombreux boire leur thé.

Donc, nous commençons la journée par boire un thé…. Les élèves aussi se laissent tenter par cette tradition.

Dans une salle prêtée par la mairie, les élèves s’installent en groupes de travail.

Les nôtres peaufinent leur travail commencé à la Reunion, d’autres se penchent sur le parcours des soldats réunionnais qui ont participé à la campagne de Gallipoli.
Puis tous les élèves se mélangent pour produire un travail commun Tous ces jeunes qui apprennent à se connaître, cherchent sans cesse à communiquer, en anglais, en allemand, …… en langage des signes…Les progrès en langue sont indéniables. Il est cependant difficile de les garder concentrés sur le travail de fond.
Leur joie de vivre et leur bonne humeur nous conduisent parfois …… à une grande tolérance… Repas tous les midis au teacher house: déjeuner à base de riz, yaourt et de haricots blancs.

Puis commencent les visites :

En bus ! Et nous voilà un jour …..

  • à Assos, temple grec qui domine la mer Egée avec une vue magnifique sur Lesbos.
    Tous apprécient le site, chacun essayant de tirer le meilleur parti de la visite.
  • un autre jour, Journée visite au cœur de l’Histoire… et du projet Erasmus.
    Départ matinal, pour découvrir la péninsule de Gallipoli, là-même où cent ans plus tôt, plusieurs de nos soldats sont morts au cours de l’expédition des Dardanelles qui a duré 10 mois.
    Arrivés sur la péninsule, nous visitons successivement une forteresse avec ses gros canons qui borde la mer de Marmara, le mémorial turc, le cimetière français, le mémorial des ANZAC.
    Les tombes, si bien alignées en si grand nombre, impressionnent les élèves.
    Les fosses communes les émeuvent.Le projet Erasmus prend toute sa dimension. Montrer les conséquences humaines de la guerre…porter la paix…
  • Déjeuner à base de riz-vermicelles, délicieux ; de soupe aux raisins secs, sucrée et surprenante ; et de yaourt, le doute nous reprend tous… C’est le repas typique du soldat turc, lorsqu’il était nourri !
  • Après-midi, visite d’un musée interactif. Impressionnant !
    • 11 salles de cinéma diffusant de petits films retraçant la bataille des Dardanelles.
    • Des maquettes grandeur nature.
    • La guerre, comme si on y était !
      Les élèves sont une fois encore ébahis !
    • A savoir que pour les Turcs, la bataille des Dardanelles est l’équivalent de Verdun pour les Français ; avoir empêché l’ennemi d’envahir le pays dans une bataille sanglante.
      A noter, cependant, la touche de propagande pro-turque dans la conception de ce musée… Traversée accompagnée des douces mélodies tahitiennes, Tehau à la guitare, effets garantis…

Les visites ont été intensives et fatigantes.
Aussi, pour nous requinquer, les organisateurs offrent deux heures de temps libre dans la très agréable ville de Cannakale ! C’est étrange comme tous les élèves, d’un seul coup, n’ont plus mal aux jambes et ne sont plus fatigués…

Retour de nuit à Bayramiç.

Vraiment, tout le monde est épuisé, tout le monde rentre chez soi.

22 septembre 2015